Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sentiers de la gloire

Stanley Kubrick - Etats-Unis - 1957

Critique publiée par Toto - le 23/01/2018
Seconde 510, Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 17

« Les Sentiers De La Gloire » est un long-métrage...

« Les Sentiers De La Gloire » est un long-métrage américain créé par Stanley Kubrick en 1957, il arrivera seulement dans les salles de cinéma Françaises en 1975 car il est sorti pendant la guerre d’Algérie et il montre le mauvais coté des officiers. Cette œuvre est tirée d’une histoire vraie, il parle de la première Guerre Mondiale (1914-1918) et montre l’opposition entre les officiers supérieurs et les soldats, l’absurdité de la guerre.Les personnages principaux sont le colonel Dax interprété par l’acteur Kirk Douglas, le général Paul Mireau est joué par George Macready et enfin le général George Broulard est interprété par Adolphe Menjou. C’est un film antimilitariste.

En France, en 1916, la Première Guerre Mondiale fait des ravages. Le front ne progresse pas, chaque camp défend sa position. Le général Broulard incite le général Mireau à lancer une attaque sur une position allemande. L’attaque doit avoir lieu rapidement mais les soldats n’ont pas le temps de se préparer pour mener à bien une bataille si audacieuse. Mais la décision du général ne peut être changée. Les soldats font l’assaut mais reculent sous les tirs ennemis.

Kubrick a vraiment un style particulier. Il joue beaucoup avec les lumières dans la scène où Broulard ordonne à Mireau de lancer l’attaque ; Mireau est mis en valeur par cet effet de lumière mais on peut aussi voir que Broulard fait comme chez lui ce qui insiste Mireau à se lever. Dans la scène où Mireau pause des questions aux soldats, c’est cadré en travelling et cela provoque une sorte de répétition. Le général pause la même question « Avez-vous une femme, soldat ? ». Dans ce long-métrage, les soldats sont déshumanisés. On n’arrive pas à reconnaître les acteurs comme dans Full Métal Jacket où on rase la tête des soldats. Kubrick utilise beaucoup la symétrie, comme dans la première scène, en arrière plan le jardin forme un cercle. Il y a aussi des scènes qui sont prévisibles.

Kirk Douglas est un grand acteur, il joue à la perfection le rôle de Dax, il interprète aussi très bien le rôle d’un colonel qui prend soin de ses soldats.

Concernant la musique, la bande commence avec l’hymne nationale pour montrer qu’on va être du côté de l’armée française, et à la fin, elle se termine avec une chanson allemande qui est chantée par la seule femme qu’on puisse reconnaître dans ce chef-d’œuvre.

J’ai beaucoup aimé ce long-métrage car il résume bien la première guerre mondiale et on a besoin de le regarder plusieurs fois afin de voir les décors cachés.
Les lieux ont bien été choisis ainsi que les acteurs qui jouent leur rôle à la perfection.

En conclusion, je conseille de le voir en version originale car le son est meilleur en arrière plan et l’image n’est pas coupée.