Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par ninibrohier - le 14/01/2015
Classe 506 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (4 votes)


Nombre de visites : 373

Burn After Reading

Après le succès de Barton Fink, les frères Coen ont réalisé Burn after reading. Dés le générique, nous ressentons que c’est un film d’espionnage (écriture défilant à l’écran), dramatique (musique). Mais en le regardant nous nous rendons compte que ce que l’on pensait était faux, cela na rien de dramatique, ce sont juste des espions ’’en herbe’’ qui ne connaissent rien de ce métiers et se comportent comme des enfants. C’est une parodie de ’’Mission impossible’’. L’affiche nous y fait aussi penser, même couleur, même police...

Il parle d’un agent de la CIA (Osbourne Cox) qui se fait licencier parce qu’il a des problèmes d’alcool et celui-ci décide d’écrire ses mémoires sur un CD et c’est à partir de là que tout commence. Celui-ci a été retrouvé dans la salle de sport où Chad et Linda travaillent et croyant que c’était important ces deux employés jouent les espions.

Harry est obsédé sexuel, il trompe sa femme avec Linda, Katie etc... il fabrique quelque chose qui fait référence au sex... Linda est obsédé par l’apparence, elle veut faire de la chirurgie esthétique, et c’est pour cela d’ailleurs que cette femme veut de l’argent. Harry est paranoïaque, il croit que tout le monde le suit où qu’il aille.

Il se passe en 2008 et pourtant nous pouvons croire qu’il date des années 1970/1980 par plusieurs détails, l’ordinateur d’Osbourne, les voitures, le dîner où les blancs se faisaient servir par des noirs.. Nous ressentons que Linda a le dessus sur Chad, cela est montré par le cadrage.

Les frères Coen ont voulu se moquer de la société américaine. Aussi bien dans la vie de couple que de la CIA. Les deux conjoints se trompent, ils vivent ensemble seulement pour l’argent, il n’y a pas d’amour. La CIA, elle est censée être intelligente mais elle se fait ’’berné’’ en quelques sortes.