Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par Norik - le 22/05/2016
Troisième BURTON / Jean Follain, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 120

CRITIQUE LE HAVRE

Le Havre, réalisé par Aki Kaurismäki en 2011, traite des sujets de l’immigration et de la solidarité. Comment le réalisateur aborde-t-il ces questions dans son film ?

Tout d’abord, le choix du lieu du film, le Havre, ville portuaire, introduit bien la notion d’immigration. Les personnages principaux ne sont pas eux-mêmes originaires du Havre, Marcel Marx a quitté Paris, sa femme Arletty parle avec un accent et Idrissa, l’enfant vient d’Afrique noire. Le sujet de l’immigration est intemporel.

Par contre, en choisissant un quartier ancien, des intérieurs d’époque, un métier disparu comme les cireurs de chaussures, des objets et vêtements d’un autre âge, des vieilles voitures comme la Renault r16, le cinéaste montre son désintérêt pour le monde moderne au profit du passé. Il valorise ce dernier en mettant en évidence que l’entraide était ancrée dans la société de l’époque. Le thème de la solidarité est important dans ce film. Chacun aide Marcel selon ses propres moyens à vivre et plus encore, par exemple Yvette, la boulangère, Chang, l’autre cireur de chaussures... A sa manière, l’entourage de Marcel mène un combat pour les droit de l’homme en réaction à la pression de l’état français pour lutter contre l’immigration. Les dialogues peu nombreux renforcent le sentiment de clandestinité des proches de Marcel.

Pour conclure, la façon dont les personnages sont représentés, leur jeu d’acteur théâtral et la mise en scène très dépouillée, peuvent décevoir. Par contre, les sujets traités sont intéressants du fait qu’ils sont universels et importants.