Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sentiers de la gloire

Stanley Kubrick - Etats-Unis - 1957

Critique publiée par webmestre - le 11/01/2018
Seconde 1, LGT Arcisse de Caumont,
Bayeux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 7

Retours critiques

RESUME : En 1916, le Général Mireau, par ambition personnelle, ordonne à
ses hommes d’attaquer La Fourmilière, une position imprenable détenue par
les Allemands. L’opération échoue car les soldats ont été obligés de se replier.
Trois d’entre eux sont choisis au hasard pour être fusillés et servir d’exemple,
alors même qu’ils sont courageux ! Le colonel Dax fait tout pour les sauver, en
vain.
Yannie S.

Ce film nous présente la cruauté dans l’armée ; il a clairement une
portée antimilitariste.
Candice H.

Un film dénonciateur, entre vérité et mensonge, justice et injustice, vie et
mort.
Enora S.

Un classique. FRAPPANT.
Perine G.

Noir et blanc ? Certes, mais indémodable.
La trame est dramatique.
Je trouve courageux de critiquer l’armée et de rappeler certaines heures
sombres de l’Histoire. Kubrick ose montrer l’armée sous son plus mauvais
jour : orgueilleuse, dévorée par le désir de décorations militaires, ses hautsgradés
lâches et réfugiés loin du front, une fausse justice militaire inique (« a
mock trial » : un pseudo-procès).
Emilien G.G.

C’est un aspect différent de la Première Guerre Mondiale qui est présenté
ici. Souvent, ce sont les notions de « courage », « honneur », « bravoure »
qui sont exploités dans un film de guerre.
Ce point de vue inhabituel permet de prendre du recul sur la notion de
« lâcheté ». Et l’histoire change des films de guerre « classiques » où on voit
surtout des affrontements. Une fin surprenante et psychologique.
Emilio C.

Je vous le conseille fortement car non seulement ce film est inspiré de
faits réels (l’armée française a fusillé pour l’exemple des soldats qui se sont
réfugiés dans les tranchées parce que la position ennemie était imprenable)
mais aussi pour la manière dont Kubrick filme 14-18.
Amateurs de films de guerre, vous devriez aimer !
Kevin M.

J’ai beaucoup aimé la représentation de la censure en France : l’injustice
au front a été dissimulée.
Et Kirk Douglas joue à merveille le Colonel Dax, héroïque.
Je recommande ce film !
Yannie S.

Le colonel Dax se rend compte de la barbarie de ses supérieurs, des
injustices qu’ils commettent sans vergogne. Dax exprime même sa « honte de
faire partie de l’espèce humaine ».
Candice H.

D’ailleurs, le Colonel Dax apparaît quasiment dans tous les plans du film.
Une histoire bouleversante et intense.
Marjolaine L.T.

CAPTIVANT !
Enora S., Maxime T.
Un film émouvant et attachant. On a envie de prendre la défense de
certains personnages.
J’ai particulièrement apprécié la scène pleine de suspense à la cour martiale :
les trois hommes seront-ils exécutés ou graciés ?
Lucas L.
Il faut voir l’utilisation des travellings avant et arrière : le spectateur
entre vraiment dans les tranchées !
Perine G.

Un passage m’a particulièrement ému : la fin. Les Poilus sifflent, hurlent
quand une Allemande leur est présentée. Puis au fur et à mesure de son chant,
les soldats fredonnent l’air et se mettent à pleurer.
Maxime T.

Une intense scène de fusillade sur le No Man’s Land et quelques scènes
impressionnantes.
Hugo L.

Suspense, horreur de la guerre, des scènes frappantes (telles le peloton
d’exécution , qu’on voit de face !)… J’ai bien aimé.
Noémie